PREMIÈRE SEMAINE À PRÈS DE 5300M D’ALTITUDE !

 

EXPEDITION 5300 vient de réaliser à La Rinconada la 1ère phase de son programme de recherche 2020. 

À cette altitude, plus de 50 000 habitants vivent dans des conditions extrêmes là où, normalement, la vie permanente est impossible. Lors de cette première étape, l’équipe a recruté sur la base d’une évaluation complète 60 habitants volontaires de La Rinconada pour participer à l’étude 2020. 

©Axel PITTET - EXPEDITION 5300


L E    S A V I E Z – V O U S ?

L’Amérique du Sud et la Cordillère des Andes sont un des principaux lieux d’habitation permanent en haute altitude sur notre planète. Certaines villes d’Amérique du Sud se situent aux alentours de 3500 – 4000 m (La Paz, Cerro de Pasco) et ont fait l’objet de travaux scientifiques. Ces études ont mis en avant certaines particularités physiologiques développées par ces populations au fil des millénaires. De quoi leur permettre de tolérer le manque d’oxygène de façon plus efficace que nous. Mais jamais de telles études scientifiques n’ont eu lieu à plus de 5000 m, EXPEDITION 5300 réalisant ainsi une véritable première auprès de la population de La Rinconada. 


UN RYTHME SOUTENU MAIS UNE EQUIPE SOUDÉE !

Près de 200 habitants auront pu bénéficier d’examens cliniques permettant en particulier d’identifier l’existence d’un mal chronique des montagnes. 60 volontaires présentant des symptômes importants ont réalisé une série d’évaluations exhaustives avant de débuter des traitements dont les premiers effets seront mesurés d’ici quelques semaines. 

L’objectif ? Identifier à terme un traitement pouvant aider la population à lutter contre le mal chronique des montagnes !

 

D E S    R É S U L T A T S    H O R S    D U    C O M M U N

Certains habitants ont des taux d’hématocrites flirtant avec les 85% (proportion du volume de sang total occupé par les globules rouges), alors qu’un habitant de plaine présente des taux avoisinant les 40-45%. Par ailleurs, les pressions artérielles pulmonaires atteignent des valeurs exceptionnellement hautes mettant à rude épreuve le système cardiovasculaire.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page